27 février 2013

Notre prochain concert: La Passion selon Saint Jean

C'est le Vendredi 29 mars
que nous aurons le plaisir de vous présenter notre prochain concert:

LA PASSION SELON SAINT JEAN

de Jean-Sébastien BACH

en l'église Sainte Julienne à Verviers

Passion

La Passion selon saint Jean est un drame musical. Avant que Jean-Sébastien Bach n'ait été installé dans ses nouvelles fonctions de maître de chapelle de l'église Saint-Thomas de Leipzig, le conseil municipal lui signifia qu'il aurait à s'en tenir « à des compositions non théâtrales ». Ce qui suppose l'impossibilité de composer des opéras, mais exclut surtout toute ressemblance entre la musique liturgique et la musique pour la scène (le style lyrique). Cela semble naturel. Mais Bach, en homme de son époque, a su concilier sa foi (luthérienne) avec une certaine théâtralité : son art est un art du discours et de la rhétorique, un art de la parole. Il s'agissait avant tout, dans son esprit, de faire entendre la parole donnée par l'évangile et donc de mettre en forme le drame signifié par le texte. On est là en plein dans une esthétique baroque, telle qu'elle se pratiquait dans toute l'Europe, à commencer par l'Italie, depuis le XVIIe siècle.

C'est pourquoi, dix bons mois après son entrée en fonction, le Vendredi saint 1724, Bach faisait entendre à la Nikolaikirche sa Passion selon saint Jean.(...)
C'est en effet un ouvrage éminemment dramatique : même si sa dramaturgie ne relève pas à proprement parler de l'opéra ni du théâtre, elle s'exprime dans la façon dont Bach lie intimement l'histoire, rapportée par la Passion, avec son discours musical et rend présentes dans le déroulement de son œuvre, aussi bien les souffrances du Seigneur que les autres réactions humaines.

Au centre de tout oratorio ayant la Passion pour objet, on trouve le récit de l'Évangile, qui se déroule à deux niveaux : celui du narrateur (l'Évangéliste, placé en avant de la scène) et celui des personnages agissant et parlant en leur nom propre (Jésus, l'apôtre Pierre, Pilate etc...), personnages auxquels s'ajoutent les différents groupes (la foule - turba -, les grands prêtres, etc.). Le texte, tiré du Nouveau Testament, est présenté et non représenté (il ne s'agit pas d'un opéra mais d'un oratorio), mais le récit évangélique, dans la mise en musique qui est faite par Bach, est bien plus qu'une simple récitation. Un peu par plaisanterie, on a pu appeler quelquefois Bach, "le cinquième Évangéliste".

Un autre élément est le commentaire chanté dans les airs de solistes (souvent précédés d'un court arioso).
Les chorals relient la "scène" et les fidèles.

Son Évangéliste est un conteur, un intermédiaire, dont l'interprétation expressive crée une proximité avec les événements qu'il relate.
Cette idée fondamentale d'action et de drame humain aboutit à ce que les récitatifs et les chœurs font passer le message dans un esprit voisin du spectacle.
La structure même de l'ensemble fait du récit de la Passion une sorte d'œuvre théâtrale, car il s'agit, pour Bach, de mettre l'accent sur la mort du Dieu chrétien, qui, selon le texte, a choisi de s'incarner.
C'est le récit de cette mort (et de cette sorte de rite de passage) qui est donné ici.

Le texte évangélique fragmente l'œuvre en plusieurs scènes : Arrestation - Jésus devant les chefs des prêtres - Jésus devant Pilate - Crucifixion - Mise au tombeau.
Bach respecte ce schéma, en terminant chaque épisode par un choral et en ménageant après le deuxième tableau une pause destinée au sermon prononcé par l'officiant.

La Passion de saint Jean est l'interprétation poétique et musicale d'une partie des Évangiles. Elle est tout aussi évocatrice et bouleversante que les Stabat Mater de Pergolèse ou de Vivaldi. En revanche, il est évident que c'est un lyrisme éloigné des opéras profanes. Qu'entend-t-on exactement par lyrisme ? Si on se tient à la définition la plus simple : l'art de mettre des paroles en musique, on doit reconnnaître Bach comme un maître lyrique.

(Source: Wikipédia)

Posté par Dom T à 12:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


15 février 2013

Minis Mardis Midi

Ce Mardi 19 février, c'est la pianiste Christiane Rutten qui animera votre temps de midi dans notre local de la place du Martyr.

Christiane Rutten



Elle nous interprètera les « Scènes d’enfants » de Robert Schumann et la 4e ballade de Frédéric Chopin.

Passionnée dès le plus jeune âge par la musique en général et le piano en particulier, Christiane Rutten  reçoit une formation complète dans un institut d’enseignement supérieur en Belgique (Conservatoire Royal de Liège). 
Elle se perfectionne alors avec des pianistes de renommées internationales, tels que Jean-Claude Vanden Eynden (3ème prix du Concours International Reine Elisabeth de Belgique) et Emmanuel Verona lors d’un stage préparatoire au Concours International d'Interprétation Pianistique de Morges (Suisse), où elle se classe parmi les finalistes. Elle est première lauréate au Concours national « Pro Civitate »  de Belgique et diplômée de l'Institut Européen de Besançon (France).

Pour plus de renseignement: Voir le site de la Ville de Verviers

Pour rappel:
Sur le temps de midi, le troisième mardi du mois, des concerts de 35 minutes accessibles à tous sont présentés à l’Emulation et assortis d’une courte explication.
L’objectif est de favoriser l’écoute de la musique par le plus grand nombre. La jeunesse est un de nos publics cible privilégiés.

 

Posté par Dom T à 18:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 février 2013

Le mot de notre "cheffe".

Margaret

Le mot de Margaret

Chanter dans une chorale est un honneur parce qu’on fait partie d’une équipe, et car cela donne l’occasion d’interpréter une musique de la plus haute qualité. La voix de chaque choriste est importante. Chacun apporte sa contribution, et cette contribution est un don de grande valeur.

Un choriste n’est pas un soliste manqué. Il y a beaucoup de solistes qui font partie de chorales, et qui chantent encore mieux qu’en qualité de solistes, parce qu’ils découvrent un autre monde musical en étudiant les partitions chorales.

Un choriste doit écouter les autres voix, plus que tout il lui faut s’écouter. Quand il est entouré, parfois noyé dans la sonorité des autres, et il lui faut faire attention à la justesse de sa propre voix et à la justesse des accords autour de lui.

Les forces que doivent avoir un choriste vont bien au-delà d’avoir une belle voix, ou d’avoir fait des études musicales. Une belle voix est un don, et les études musicales sont importantes, mais ni la voix exceptionnelle ni le solfège, ou l’équivalent, ne peuvent remplacer l’oreille, l’intelligence, l’enthousiasme, la mémoire musicale (un don naturel qui ne dépend pas de l’enseignement), en outre il faut avoir la capacité d’anticiper ce qui se passe dans la partition. Souvent il suffira de regarder comment monte et comment descend le graphisme de la ligne musicale, et écouter attentivement les écarts entre les notes que ce graphisme représente. Une autre qualité indispensable – la patience.

Donc, je profite de cette occasion pour remercier l’Emulation de sa patience, de son enthousiasme et de toutes ses autres qualités musicales. Depuis janvier 2011, quand j’ai commencé à vous diriger, vous avez donné de beaux concerts, Le Requiem de Mozart, La Création de Haydn, Le Messie de Haendel, et maintenant nous préparons les chœurs de La Passion selon Saint Jean de J. S. Bach. Quatre défis. Trois réussites. Pensons à une quatrième...

Je voudrais remercier le comité pour son travail au cours de ces projets ambitieux, surtout Raymond et Louis en qualité de président et de secrétaire (malheureusement retraité). Ils nous ont aidés à réaliser ces concerts. Merci à Léon dont la tâche est toujours la plus difficile !

Je voudrais également remercier Dany et son mari pour leur travail au niveau des enregistrements d’apprentissage.

Et finalement je voudrais vous remercier pour votre accueil de la chorale Ste Julienne et ses jeunes chanteurs, qui apprécient beaucoup les occasions que vous leur avez offertes.

 

Posté par Dom T à 23:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

01 février 2013

Emul' Info

émul2 Raymond Delhaye

(Photo Raymond Delhaye)

 

Emul'info janvier 2013

EDITORIAL

Nous avions pris l’habitude d’éditer un «EMUL'INFO» régulièrement, à la fois pour tenir nos membres au courant de nos activités et pour divulguer vers un public plus large nos programmes, nos envies, nos ambitions…

A la longue cette publication s’était faite de plus en plus rare car son responsable avait d’autres chats à fouetter au sein de notre association.

Léon Graffart, notre trésorier portait en effet de nombreuses casquettes et, paradoxalement, c’est à l’occasion d’un petit séisme dans notre comité, que nous avons décidé de redistribuer les rôles pour alléger la tâche de certains et alourdir celle d’autres.

Notre secrétaire Louis Beauve, après de nombreuses années de bons et loyaux services, a en effet décidé de jeter le gant tout en restant dans le chœur un de nos bons ténors très actif. 

Personne, malgré nos appels, n’ayant à ce jour présenté sa candidature pour le remplacer à ce poste essentiel, dans un but d’efficacité maximale et dans l’urgence, nous avons décidé de «splitter» les activités du secrétariat en les attribuant à plusieurs personnes membres de l'Émulation mais ne faisant pas nécessairement partie du comité.

Ainsi Liette Collignon, mon épouse a accepté de gérer le secrétariat courant, contacts extérieurs etc,
Julian Todd sera responsable de toutes les communications extérieures se rapportant à l’organisation des concerts et aux relations pratiques avec la ville de Verviers( podiums, mise en place, etc…) il s’occupera aussi des contacts avec la commission européenne car nous avons des projets à ce niveau
(Ces deux personnes ne feront pas partie officiellement du comité. )

Léon Graffart en plus des finances sera responsable du secrétariat interne au comité, de la rédaction des rapports, du compte-rendu à l’assemblée générale,
Guy Lamboray s’occupera des relations médiatiques, conférences de presse etc,
Le Président continuera à gérer les relations publiques et ajoutera à cette multifonction celle de rédacteur principal de ce journal.
Ces trois derniers amis resteront évidemment membres du comité.

Ainsi, les tâches principales du secrétariat seront désormais assumées par cinq personnes dont deux extérieures au conseil d’administration. Au moins provisoirement, nous pensons que notre société royale pourra ainsi continuer son chemin avec efficacité.

Ceci étant dit, l’appel aux membres reste lancé et toute candidature à un poste à responsabilités sera fortement appréciée!

Nous pensons aussi et nous le démontrons, qu’il ne faut pas nécessairement faire partie du comité directeur pour être actifs au sein d’une société.
Je pense en particulier à Simone, Dany, Liette, Gigi, Dominique, Michèle, Madeleine, Josiane, Julian etc, qui se démènent incroyablement pour notre société. Merci à ces travailleurs de l’ombre d’une redoutable efficacité !

J’espère aussi que quelques «plumes» se révèleront parmi vous et que je ne serai pas dans l’avenir «l’écrivain solitaire de l’Emulinfo», car, si c’était le cas, je risque aussi de me lasser rapidement…

Bienvenue donc à tous les articles, tous les coups de gueules, toutes les tribunes libres, que pourront bientôt contenir ces modestes pages (et ce blog) dans lesquels battra ainsi avec ardeur le cœur du chœur !

Raymond Collignon. Président.

 

Posté par Dom T à 16:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :